38 Avenue Louis Bougo - 56410 ETEL  02 97 55 30 66  Lycée :  Vie scolaire :

Il est encore temps pour vous inscrire
au LPMA d'Étel

Contactez-nous au02 97 55 55 46

Le mécanicien

Le mécanicien

Placé sous l'autorité du chef mécanicien, le mécanicien à la pêche s'occupe des machines, appareils et équipements du navire. Il participe également aux opérations de pêche, au traitement des captures, à l’entretien et à la sécurité du navire et à la sauvegarde des personnes. Un mécanicien peut embarquer sur des navires de pêche de toutes tailles, de moins de 12 mètres à plus de 50 m, et de toutes puissances, de moins de 250 kW à plus de 8 000 kW

SON RÔLE

Ses interventions varient en fonction de la taille des navires : sur les petites unités, il participe à l'ensemble des activités (actions de pêche comprises) ; sur les embarcations plus grandes, il s'occupe principalement des machines (moteurs, pompes, etc.), des installations (électriques, frigorifiques, etc.) et des apparaux (pêche, navigation, etc.).

Le mécanicien aide à la préparation, la mise à l'eau et la relève des engins de pêche (chaluts, dragues, casiers, palangres...). En cas de besoin, il prend part aux activités du pont et au traitement des captures. Au port, il participe au déchargement de la pêche et au chargement des vivres et approvisionnements.

La sécurité de l’équipage dépendant parfois d'une seule personne, cet aspect du métier est vital, et la formation à la sécurité indispensable. Comme chacun à bord, le mécanicien participe aux exercices de sécurité et à la prévention des risques. La fourniture d'énergie, indispensable à la sécurité du navire dépend du chef mécanicien sous les ordres duquel il travaille.

QUALITÉS REQUISES

Pour être mécanicien à bord d'un navire de pêche, il faut évidemment aimer et connaître la mécanique (l'électricité, l'électronique, etc.), et être conscient que ce métier implique un rythme de travail particulier, aux horaires atypiques dictés par l'environnement et les exigences de la production.

Pour être mécanicien à la pêche, il faut donc être :

  • être apte physiquement ;
  • être capable de vivre en collectivité dans un espace restreint ;
  • aimer travailler en équipe ;
  • posséder une bonne résistance à l'effort.

DES FORMATIONS ACCESSIBLES À TOUS

Les formations pour devenir mécanicien à la pêche sont accessibles dès le collège par la formation initiale (CAP, BEP maritimes, bac pro EMM) ou par la formation continue (CIN, PCMM, mécanicien 750 kW) aux candidats ne possédant aucun diplôme.

  • Le chef de quart machine
    Le chef de quart encadre les personnels du service machine : matelots, mécaniciens, électriciens. Il est responsable de l'entretien et de la réparation des machines et des systèmes auxiliaires. Il veille à la production d'électricité pour assurer la sécurité de la navigation en mer ou lors des manœuvres portuaires, afin de garantir la poursuite des opérations commerciales. Il assiste le second mécanicien.

Les différentes formations

  • chef de quart machine
  • chef de quart de navire de mer

LE SALAIRE

Le salaire moyen brut varie de 2 800 à 3 800 euros par mois (sur les plus gros navires).

LES PERSPECTIVES DE CARRIÈRE

Après l’acquisition d’une certaine expérience professionnelle et des formations complémentaires, le chef de quart machine peut devenir second mécanicien.

  • Le second mécanicien
    Le second mécanicien est l'adjoint direct du chef mécanicien et dirige le personnel machine. Il veille à la propulsion du navire, à la production d’énergie électrique, à la climatisation, aux réparations, à la maintenance et à l’entretien des appareils électriques, au recyclage et à la distribution d’eau, ainsi qu'à la gestion des résidus. Il est chargé du suivi des échéanciers, de la conduite des inventaires et des historiques du moteur principal et des circuits associés, du compresseur, des automatismes, des pompes à cargaison et de la centrale hydraulique. Il tient à jour le journal machine.

Les différentes formations (au choix et selon la taille du navire) :

  • second mécanicien 3 000 kW
  • second mécanicien 8 000 kW
  • second mécanicien
  • second polyvalent

LE SALAIRE

Le salaire moyen brut varie de 4 000 à 5 000 euros par mois (sur les plus gros navires).

LES PERSPECTIVES DE CARRIÈRE

Après l’acquisition d’une certaine expérience professionnelle, le second mécanicien peut devenir chef mécanicien

De nombreuses perspectives d'évolution ou de reconversion de carrière

  • La formation professionnelle maritime offre aux mécaniciens de nombreuses possibilités de formation continue. A la machine, les niveaux de qualification des brevets correspondent aux limites de puissance du navire : 250 kW, 750 kW, 3 000 kW, 8 000 kW et 15 000 kW.
  • La formation continue tout au long de la carrière permet de progresser d'un niveau à l'autre.
  • A la pêche la promotion sociale n'est pas un vain mot : un matelot mécanicien, motivé et capable, surtout avec un bon niveau de formation professionnelle initiale, peut devenir chef mécanicien sur des navires de plus en plus puissants, jusqu'à 15 000 kW, c'est-à-dire commander le service machine des plus grands navires de pêche.
  • Il peut également évoluer vers la navigation au commerce, le yachting professionnel ou choisir d'exercer un métier à terre.

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google NotAllowedScript63318f174d4c5Maps, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.